Un brin d'histoire


En 1849, Xavier et Olivier, deux frères Rochette originaires de Berthier, arrivent à Aguanish mais s'établissent d'abord plus à l'ouest, à l'embouchure de la rivière Nabissipi. En ce qui a trait à l'Île-Michon, le hameau aurai été ainsi nommé en l'honneur du capitaine Jean-Phidyme Michon, celui-ci y ayant fait naufrage en novembre 1876. Selon d'autres sources, l'Île-Michon fut fondée par Jean Michon, un artisan qui débarque sur l'île en face du village pour y construire des barques de pêche.
 
Dans les années qui suivent la fondation du village, d'autres grandes familles, originaires principalement des Îles-de-la-Madeleine, viennent grossir la communauté : les Déraps, Vigneault, Gallant, Cormier, Blais, Boudreault, Chevarie, Devost, Lapierre et Noël font les beaux jours du village et travaillent particulièrement fort pour nourrir leurs nombreux enfants en pratiquant une économie de subsistance : la pêche (à la morue et au saumon) en été et la trappe de la fourrure en hiver!
 
Pendant plus de 100 ans, les résidants d'Aguanish ne peuvent compter sur une organisation municipale et doivent donc assumer eux-mêmes la gestion de l'eau potable, des eaux usées, des déchets, etc. Ce n'est que le premier janvier 1957 que le premier conseil municipal est formé et Euclide Gallant devient le premier maire de la Municipalité.
 
Dans les années 1960, Aguanish continue d'être isolée mais connaît néanmoins son apogée alors que près de 600 personnes y vivent! Toutefois, les conditions économiques se détériorent sans cesse, au point où plusieurs pères de familles se résignent et acceptent de s'exiler pour travailler sur des chantiers situés sur Anticosti ou plus haut sur la Côte-Nord.
 
Jumelée au développement des moyens de communication, cette connaissance de l'ailleurs incite plusieurs familles à quitter Aguanish au début des années 1970; les statistiques sont éloquentes : en 20 ans, Aguanish perdra près de 150 citoyens au profit des communautés voisines (comme Havre-Saint-Pierre) ou plus éloignées (comme Sept-Îles, Québec ou Montréal).
 
En décembre 1996, Aguanish est finalement liée au reste du Québec par le prolongement de la route 138; mais le déclin continue de se poursuivre et 75 autres personnes quittent le village dans la décennie suivante.
 
Depuis quelques années, la situation semble en voie de se stabiliser et de grands projets, comme celui des barrages sur la rivière Romaine, font renaître l'espoir du retour, au fil des années, d'ex-Aguanishoises et Aguanishois, désireux de quitter le stress de la ville pour le calme de la vie dans l'est-minganien.
 



 
Météo actuelle
 
18°


Calendrier
 
Mai 2017
D
L
M
M
J
V
S
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31



 
 

© 2010 | Municipalité de Aguanish